Créer un site gratuitement Close

Typologie des catastrophes naturelles à partir d'exemples et leurs conséquences

 

 

                  Depuis tous temps, les catastrophes naturelles font partie de l'histoire humaine. Lorsque l'on parle de catastrophe naturelle, cela fait référence à un évènement brutal, exposant des populations et leurs infrastructures à de lourds dégâts. On distingue principalement deux grandes sortes de catastrophes : les climatiques et les telluriques.

Les climatiques peuvent prendre diverses formes : cyclones, tempêtes, inondations, grandes chaleurs, sècheresses... Et les telluriques : séismes, tsunamis, éruptions volcaniques et glissements de terrain.


Un risque naturel est donc la rencontre entre un aléa d'origine naturelle et des enjeux humains, économiques ou environnementaux. Nous pouvons parler de risque majeur lorsque les dégâts et le nombre de victimes sont importants.

Les catastrophes naturelles sont malheureusement de plus en plus nombreuses. En moyenne, par an, près de 300 millions de personnes sont victimes des catastrophes naturelles et environ 78 000 y ont trouvé la mort.
Nous allons vous parler de toutes ces catastrophes naturelles qui s'abattent dans le monde entier.

 

Tout d'abord, les catastrophes climatiques :

  •  Un cyclone est un tourbillon d'air se déplaçant très rapidement en tournoyant sur lui-même.

Aux États-Unis, le cyclone Katrina est connu comme l'un des plus puissants cyclones qui ait frappé le pays. Celui-ci a atteint les côtes à proximité de la Nouvelle Orléans puis la Louisiane en août 2005. Au maximum de sa force, Katrina avait des vents de 280 km/h et a provoqué des vagues d'une hauteur avoisinant les 11 mètres. Le bilan du passage de cette catastrophe se résume à 1836 morts, 705 disparus sur le territoire américain et de nombreuses personnes doivent être hébergées dans des foyers d'accueil car leurs habitations ont été totalement détruites par le cyclone.

  

  • Une tempête est une violente perturbation atmosphérique souvent accompagnée de pluie, de tonnerre et de vent.


En France et dans les pays voisins, une forte tempête a eu lieu les 26 et 29 décembre 1999. Elle est considérée comme l'une des pires tempêtes du siècle. Il y a eu 88 morts en France, une dizaine en Suisse, en Allemagne, en Espagne et en Grande-Bretagne. 3,50 millions de foyers ont été privés d'électricité ou de chauffage, des centaines de voitures on été endommagées par des chutes d'arbres, des milliers d'hectares de forêt ont été ravagés. Le bilan financier est de plus de 12 milliards d'euros de dégâts et environ 500 000 hectares de forêts furent détruits.

Les tempêtes peuvent provoquer d'autres catastrophes naturelles, comme les inondations.

 

  • Une inondation est un débordement d'eau qui submerge les terrains environnants. Celle-ci peut être bénéfique quand elle est lente par son apport en limons fertilisants. Mais elle peut aussi être désastreuse quand elle est violente. Si une inondation concerne des zones habitées, cela entrainera des conséquences plus ou moins graves sur les populations, leurs habitations, leurs biens et l'environnement. L'inondation est l'aléa naturel le plus répandu dans le monde et peut survenir dans toutes les régions du globe, c'est un des phénomènes naturels qui touchent le plus d'êtres humains. En France,  les inondations sont sans conteste l'aléa naturel le plus fréquent. 5 à 7 % du territoire français est susceptible d'être inondé, soit environ 10 % de la population.


A Sommières, une inondation a eu lieu après que d'importants déluges se soient abattus les 8 et 9 septembre 2002 sur la ville, provoquant le débordement des eaux du Vidourle. Les exploitations viticoles sont ravagées. Le bilan de la catastrophe est de 24 morts, 419 communes sinistrées et 1,2 milliard d'euros de dégâts matériels.

  

  • Une grande chaleur, ou canicule est une intense chaleur estivale.


La canicule européenne de 2003 est un événement climatique d'ampleur exceptionnelle, survenu de juin à août 2003 et fut marqué par de nombreux records de température dépassant les 40° c. Plus de 30 000 personnes sont mortes durant cette canicule, ce qui fait d'elle la catastrophe naturelle la plus meurtrière en 50 ans et l'une des plus graves en Europe pendant les cent dernières années. Les personnes âgées en furent les principales victimes. Suite à cette canicule, les conséquences environnementales et économiques sont nombreuses : dégâts importants sur les écosystèmes, feux de forêts, cultures agricoles endommagées, assèchement des fleuves, dégradation des infrastructures et des bâtiments car certains types de sols à forte teneur en argile sont totalement secs, donc des fissures apparaissent dans les constructions.

Pays décès
France 14 082
Allemagne 7 000
Espagne 4 200
Italie 4 000
Grande-Bretagne 2 045
Pays-Bas 1 400
Portugal 1 300
Belgique 150

 

 

  • Une sécheresse est un temps, un climat très sec.


La Somalie a été durement touchée par la sécheresse entre 1990 et 1993. La faible saison des pluies a réduit les ressources en eau, qui limitent de plus en plus les potentiels agricoles déjà faibles et obligent les éleveurs a réduire l'ensemble de leur bétail. Or le bétail constitue la première ressource économique des ménages. Dans ce contexte, les populations sont confrontées à une véritable menace et n'ont pas de ressources pour affronter la situation sans aide extérieure. Ainsi 400 000 personnes sont mortes de la famine.

 

Ensuite, les catastrophes telluriques :

  • Un séisme, c'est à dire un tremblement de terre, se traduit en surface par des vibrations du sol.


Le séisme d'Haïti, d'une magnitude de 7 sur l'échelle de Richter qui a eu lieu le 12 janvier 2010 causa la mort de plus de 300 000 personnes. Les survivants ne disposèrent pas ou peu d'eau potable, de nourriture, de médicaments et durent vivre au milieu des cadavres. Des épidémies sont à craindre au sein d'une population affaiblie suite à la catastrophe.

  

  • Un tsunami, c'est à dire un raz de marée souvent dû a un séisme, une éruption volcanique sous-marine ou bien un glissement de terrain sous-marin de grande ampleur.


Un séisme sous-marin a eu lieu dans une partie de l'océan Indien le 26 décembre 2004. Celui-ci d'une magnitude de 9 sur l'échelle de Richter a engendré une déferlante de tsunamis de l'Indonésie à l'Inde, en passant par la Thaïlande, les Maldives et le Sri Lanka. Ce tsunami s'est manifesté par des vagues gigantesques de plus de 10 mètres progressant sur le littoral à plus de 800 km/h, balayant les côtes et détruisant tout sur leur passage. Le bilan humain est catastrophique : plus de 227 000 personnes sont mortes ou portées disparues. Cependant l'après-raz-de-marrée peut être encore plus mortel que la vague elle-même. Les maladies liées à la putréfaction des cadavres gisant sur le sols, à la contamination de l'eau potable et à la péremption des aliments sont susceptibles de faire leur apparition. La faim peut survenir en cas de destruction des récoltes et des stocks alimentaires.

  

  • Une éruption volcanique est un phénomène géologique caractérisé par l'émission de lave.


L'éruption du Nevado del Ruiz en 1995 en Colombie du 11 septembre 1985 au 13 juillet 1991, il fut a l'origine d'un lahar, c'est à dire une coulée boueuse volcanique de 68 millions de mètres cubes, haute de 20 mètres, qui a englouti une partie de la ville d'Armero dans la nuit du 13 au 14 novembre 1985, tuant plus de 25 000 personnes surprises dans leur sommeil et laissant plus de 10 000 sans-abris.

 

  • Un glissement de terrain est un phénomène géologique où une masse de terre descend une pente.

 


En février 2006, un gigantesque glissement de terrain a balayé un village entier de l'ile de Leyte aux Philippines. Ce glissement de terrain aurait été déclenché après un séisme de 2,6 sur l'échelle de Richter. Cependant la secousse n'est pas assez puissante pour avoir déclenché a elle-seule le glissement de terrain, mais elle a peut-être accéléré les choses. Le bilan fait état d'environ 1106 morts.

 

 


Ces dernières décennies, nous constatons une augmentation du nombre d'événements et de personnes affectées par les catastrophes naturelles. Cette évolution est peut être due à la démographie mondiale, la hausse de l'urbanisation ainsi que l'augmentation significative des températures depuis 1980. Les catastrophes naturelles ont bien évidement des conséquences sur la vie humaine, l'économie et l'environnement. Outre les décès et les blessures physiques, les catastrophes ont un impact psychologique non négligeable sur les populations touchées par celles-ci.

Désormais, ce genre de traumatisme fait souvent l'objet d'une prise en charge spécifique appelée démarche psychosociale. La très grande majorité, c'est à dire 95 % des victimes se trouvent dans les pays les plus pauvres, d'une part parce que ces régions sont très exposées, mais surtout en raison de l'absence de réseau d'alerte et un développement urbain désordonné. Ces catastrophes naturelles peuvent ainsi laisser des traces irréparables dan le paysage mais d'autres ont des effets plus modérés qui disparaissent au bout de quelques temps. Sans oublier les nombreuses pertes économiques qui sont montées en flèche ces dernières années. Les pertes économiques directement dues aux catastrophes naturelles ont été multipliées par cinq pour atteindre 629 milliards de dollars de 1985 à 2005. De 1999 à 2009, on estime que les dommages dus aux catastrophes ont coûté plus de 108 milliards de dollars. Les catastrophes naturelles peuvent engendrer destruction, détérioration ou endommagement des habitations, des usines et des ouvrages (ponts, routes, voies ferrées, etc.). Ce phénomène est la plus grave des conséquences indirectes des catastrophes naturelles.

 

La fréquence et le coût des catastrophes naturelles sont susceptibles d'augmenter à cause de la dégradation de l'environnement, de la croissance de la population, de la mondialisation mais surtout du réchauffement climatique.


Voici un tableau explicatif du nombre des différentes catastrophes ayant eu lieu en 2009 et des conséquences d'un point de vue humain et d'un point de vue économique.

 

Type de catastrophe Nombre d'évènement (2009) Nombre de victimes (2009) Conséquences
Inondation 199 3057 Graves destructions : habitats, récoltes, infrastructures, risques d'épidémies
Glissement de terrain 62 744 Perturbations locales de l'environnement
Séisme 43 1734 Destructions importantes, endettement des Etats et des sociétés fragiles
Eruption volcanique 14 0 Destruction des récoltes et des habitations
Cyclone 43 3154 Destructions importantes
Tempête 29 70 Destructions
Chaleur 7 498

Affecte surtout les personnes fragiles (vieillards, enfants)

Destruction de récoltes et parfois d'habitations

Sécheresse 14

500

mortalité par effet induits : famines

Graves perturbations économiques, sociales, écologiques, migrations de populations
Tsunami 1 192

Dégâts limités aux côtes

Destructions

 
Les pertes dues aux catastrophes naturelles sont encore plus dévastatrices chez les défavorisés, particulièrement dans les pays en voie de développement. Les plus pauvres ont tendance à vivre dans des endroits dangereux tels que plaines d'inondables, berges des fleuves, bords de mer, volcans ou fortes pentes.

 

Il existe donc une fracture entre les pays développés et les pays en voie de développement. Les pays industrialisés ont tendance à subir des pertes économiques plus élevées financièrement, ils possèdent des mécanismes en place tels que des systèmes d'avertissement permettant d'éviter les pertes humaines, ils bénéficient de l'intervention immédiate de secours d'urgence et de soins médicaux et ils sont assurés contre les pertes matérielles. Tandis que les pays pauvres souffrent du recul du développement économique et social, manquent de ressources pour la mise en place de systèmes d'avertissement, souffrent des pertes humaines massives et utilisent les fond des programmes de développement pour les secours d'urgence et la reconstruction.

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site