Conclusion

 

             La vulnérabilité des espaces et des hommes, face aux catastrophes naturelles, est due à l'augmentation des densités humaines et du développement des activités dans des zones à risques. En prenant peu à peu conscience, et parfois de leur responsabilité, les hommes cherchent aujourd'hui à intervenir sur les catastrophes naturelles. Cependant, ceux-ci n'ont pas la capacité de les empêcher. L'intervention humaine est donc limitée car il est seulement possible de les prévenir et d'intervenir pour en limiter les dégâts.

 

La fréquence des catastrophes naturelles augmente depuis le milieu du XXème siècle. La part de responsabilité de l'Homme dans cette amplification étant démontrée, et sachant que les activités humaines ne tendent qu'à s'amplifier que se soit par l'augmentation de la production ou l'émergence des pays nouveaux, l'écologie et le thème de l'environnement restent des enjeux majeurs dans le monde. En effet, l'Humanité ne se développe qu'en détruisant son propre milieu de vie et en hypothéquant son avenir. La pérennité des générations futures n'étant plus assurée, il est fortement probable que la situation va empirer et que les catastrophes naturelles vont aller en s'amplifiant, déréglant ainsi le climat et entraînant toute l'Humanité dans une spirale de catastrophes.

Par son attitude l'homme a encore la possibilité de réduire la fréquence des catastrophes naturelles.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site